berlue


berlue

berlue [ bɛrly ] n. f.
• 1536; bellue XIIIe; de belluer « éblouir »
Avoir la berlue : avoir des visions. Je n'ai pas la berlue, c'est bien lui. Fig. Se faire des illusions.

berlue nom féminin (ancien français belluer, éblouir, ou latin populaire bisluca) Familier. Avoir la berlue, voir les choses de travers, juger faussement. ● berlue (expressions) nom féminin (ancien français belluer, éblouir, ou latin populaire bisluca) Familier. Avoir la berlue, voir les choses de travers, juger faussement.

berlue
n. f. Fam. Avoir la berlue: voir quelque chose qui n'existe pas.
Fig. être la proie d'une illusion.

⇒BERLUE, subst. fém.
A.— MÉD., vx. ,,Lésion de la vue, dans laquelle on voit des objets que l'on n'a pas réellement devant les yeux, tel que des mouches, des toiles d'araignées, etc.`` (LITTRÉ-ROBIN 1865) :
1. ... le sentiment du vide persiste, et l'entrain de vivre n'est pas revenu avec le réveil. Je sens même une berlue poindre dans ma rétine...
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 319.
B.— P. ext.
Fam. Avoir la berlue. Voir les choses de travers en déformant la réalité ou en percevant des objets imaginaires. Synon. avoir une hallucination :
2. Il a fallu marcher sous le soleil, dans le sable, où les gens sujets d'avoir la berlue voyaient des eaux desquelles on ne pouvait pas boire, et de l'ombre que ça faisait suer.
BALZAC, Le Médecin de campagne, 1833, p. 173.
P. métaph. Se faire une idée fausse de quelque chose. C'est drôle comme ton discernement a des berlues quelquefois! (FLAUBERT, Correspondance, 1853, p. 163).
[En parlant de choses] Donner la berlue. ... tellement agités et si nombreux qu'ils vous en donnaient la berlue (CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 454).
Se faire des berlues, ne pas se faire de berlue (A. LE BRETON, Du Rififi chez les Hommes, 1953, p. 21). (Ne pas) se faire des illusions.
Rem. On rencontre dans la docum. la loc. ne pas avoir la berludondaine (R. MARTIN DU GARD, La Gonfle, 1928, I, 6, p. 1194). N'avoir pas la berlue.
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — a) XIIIe s. bellue « fable, discours merveilleux destiné à aveugler l'esprit » (RUTEBEUF, I, 295 dans T.-L. : Ele li dist tan de bellües, De truffes et de fanfelües, Qu'ele li fet à force entendre Que le ciel sera demain cendre), attest. isolée; b) 1536 berlue (Nicolas de Troyes d'apr. Lar. Lang. fr.); 1596 (HULSIUS, Dict. françois-alemand et alemand-françois, d'apr. Behrens dans Z. fr. Spr. Lit., t. 23, p. ); c) 1828 brelue (F. VIDOCQ, Mémoires de Vidocq, t. 2, p. 351).
Orig. obsc.; — soit (hyp. de DIEZ5) déverbal de belluer XIVe s. « éblouir » (LEFEVRE, Lamentations de Mattheolus dans T.-L.) [l'attestation fournie par GDF., Vers de la mort, est erronée cf. éd. Wulff et Walberg, III, 8] lui-même formé du préf. péjoratif bes-, lat. bis (cf. bellonc pour beslonc, v. barlong; bellourd pour beslort, v. balourd) et de -lucare d'apr. les verbes lat. dér. de lux « lumière » : interlucare, sublucare; cf., de même orig., l'a. fr. esluer « glisser, s'évanouir ». (Vers de la mort, III, 8) erlue « tromperie » (Renart, éd. Martin X, 1384 dans TILANDER, Lexique Renart), de même l'a. fr. tresluer « tromper » (XIIIe s.? dans GDF.), treslue (Renart, éd. Martin, I, 2018), formes citées sous l'étymon lux par FEW t. 5, p. 478 b; à rapprocher aussi, du point de vue morphol., de la loc. ital. a barluzzo « de jour et de nuit » (DEI) — soit, plus prob., parce que cette hyp. rend mieux compte de l'ensemble de cette famille, v. bluette (Schuchardt dans Z. rom. Philol., t. 28, p. 143; FEW, s.v. pompholyx), d'un lat. vulg. bisluca, forme issue à la fin de l'Empire, par substitution du préf. bis- à la syll. initiale du b. lat. famfaluca (a. fr. fanfelue dep. le XIIe s. dans T.-L.; cf. aussi ex. de Rutebeuf supra) v. fanfreluche; en cette hyp. belluer est dér. de bellue, ce qui est plus en accord avec la chronologie des attestations. Brelue par métathèse pop. L'hyp. d'une orig. gaul. proposée par EWFS2 semble peu solide.
STAT. — Fréq. abs. littér. :42.
DÉR. Berlurer, verbe, arg. Raconter des histoires imaginaires. C'est toujours les paumés qui berlurent le plus et viennent vous parler d'affaires miraculeuses (A. SIMONIN, Le Pt Simonin ill., 1957, p. 216). 1re attest. 1957, id.; terme pic. (CORBLET 1851, JOUANC. t. 1 1880), dér. de berlue, étymol. I peut-être d'apr. lure, lurette, turelure, turelurer (cf. FEW t. 5, pp. 463-464), dés. -er.
BBG. — GUIRAUD (P.). Le Champ morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, n° 1, p. 100. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 215.

1. berlue [bɛʀly] n. f.
ÉTYM. 1536; bellue, XIIIe « histoire mensongère, qui trompe »; déverbal de l'anc. franç. belluer « éblouir » d'orig. incert., p.-ê. de bes-, bis, préf. péjor., et d'un dér. de lux, lucis « lumière », ou d'un lat. pop. bisluca (→ Bluette), de fanfaluca (→ Fanfreluche).
1 Vx. Trouble de la vue qui déforme la réalité ou fait percevoir des objets imaginaires. Éblouissement, hallucination.
2 Fam. (avec les v. avoir, donner). Impression visuelle trompeuse.
1 Si je n'ai la berlue,
Je le vois qui revient.
Molière, l'École des femmes, II, 3.
2 (…) une chose enfin qui se fera dimanche, où ceux qui la verront croiront avoir la berlue (…)
Mme de Sévigné, Lettres, 121, 15 déc. 1670.
Fig. (Rare). || Une, des berlues : illusion(s) de l'esprit.Avoir des berlues, des illusions (Flaubert, in T. L. F.). — ☑ Fam. Se faire des berlues : s'illusionner. Berlurer (se).
Loc. (Cour.). Avoir la berlue : se faire une fausse idée (de qqch.); avoir des illusions. — ☑ Vx. Avoir la berlue pour qqn : en être ébloui, épris.
3 (Cette reine) Pour qui le grand Antoine a si fort la berlue (…)
La Fontaine, Ragotin, IV, 4, in Hatzfeld.
COMP. Éberluer.
HOM. 2. Berlue.
————————
2. berlue [bɛʀly] n. f.
ÉTYM. 1836, les Voleurs, de Vidocq, in Esnault; de berlinge « grosse bure, tissée surtout en Bretagne », selon Esnault, p.-ê. du rad. de berlong, barlong; à noter l'initiale commune avec berne.
Argot. Couverture (→ Rectangulairement, cit.).
HOM. 1. Berlue.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • berlue — BERLUE. s. f. Sorte d éblouissement passager. Il n est que du style familier, et ne se dit qu en cette phrase, Avoir la berlue. Il voit les objets autrement qu ils ne sont, il a la berlue. [b]f♛/b] On dit figurément et familièrement, Avoir la… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • berlue — BERLUE. s. f. Veuë trouble, ne se dit qu en cette phrase. Avoir la berluë. il voit les objets autrement qu ils ne sont, il a la berluë. Il se dit fig. Des yeux de l esprit. Vous ne voyez pas qu on vous joüe, vous avez la berluë. vous aviez la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • berluë — Berluë, f. penac. Oculorum caligo …   Thresor de la langue françoyse

  • BERLUE — s. f. Sorte d éblouissement, qui est ordinairement passager. On ne l emploie guère que dans cette phrase familière, Avoir la berlue. Il voit les objets autrement qu ils ne sont, il a la berlue. Fig., Avoir la berlue, Juger mal de quelque chose, s …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Berlue — La berlue est un ancien terme médical utilisé dès le XIIe siècle pour définir un symptôme qui correspond à une sensation visuelle anormale avec la perception d objets ou de lumière qu on n a pas réellement devant les yeux[1]. Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • BERLUE — n. f. Sorte d’éblouissement, ordinairement passager, qui empêche de voir les choses telles qu’elles sont. On ne l’emploie guère que dans l’expression Avoir la berlue. Fig., Avoir la berlue, Juger mal de quelque chose, s’en faire une idée fausse.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • berlue — (bèr lue) s. f. Lésion de la vue, dans laquelle on perçoit des objets qui ne sont pas réellement devant les yeux, tels que des insectes, des mouches, des toiles d araignée, etc.    Fig. Avoir la berlue, mal voir ; se faire une fausse idée d une… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • berlue — n.f. Couverture. Taper la berlue, jouer aux dés (sur une couverture) (arg.). / Profession fictive qui sert d alibi ; couverture (arg.). [m1]□ n.f.pl. Se faire des berlues, se faire des illusions ; se berlurer …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • berlue — nf. barlu (Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • La berlue — ou Le masculin singulier est une pièce de théâtre écrite par Jean Jacques Bricaire et Maurice Lasaygues, mise en scène par Michel Jeffrault. Elle fut créée au Petit Marigny le 8 novembre 1984. Argument Louis, la trentaine, n a pratiquement pas… …   Wikipédia en Français